Bienvenue à Doliche

Doliche se situe au pied de la montagne ‘Olympe’, au 21 kilomètre d’Elassona – Katerini (590m, altitude).

D’après la recensement de l’année 2001, la population de Dolihi est 471 résidents. L’été, la population s’accroît.

La Dolihi et le Livadi constituent la municipalité de Livadi, du département de Larissa. Les résidents s’occupent avec l’élevage et l’agriculture. (la plantation du tabac, le blé, etc.). À Dolihi, le visiteur peut admirer l’église byzantine du Sotiros, qu’elle date de 1212 après Jesus-Christ.Il peut aussi se promener à la colline du prophète Ilia et à la montagne ‘ksilo’, en profitant la vue unique. Finalement, il peut visiter les magasins de Dolihi et beaucoup d’autres. Chaque année, il y a beaucoup de manifestations culturelles et intellectuelles. La plus célèbre est la fête de l’église byzantine, le 5 et 6 d’Août.

L’histoire

L’histoire de Dolihi commence de l’antiquité, quand la Dolihi avec l’Azoros et le Pithio, au nord de la Thessalie et à l’ouest de l’Olympe, ces trois villages constituaient la « Pereviaki Tripoli. » (Monnaie anciensPereviaki de Tripolis, photographie à droite).

La Dolihi était le plus fondamental et le plus stratégique endroit.

Les grands passages de la Macédoine vers la Thessalie passent par ici :

a) les Boloustana ou les ruelles de Sarantaporo ou Kelit Derven
b) la ruelle de la Saint-Dimitri
c) la ruelle de ‘Petra’ de l’Olympe et
d) la ruelle de Leptokaria-Livithra-Karia

Doliche (Douhlista)

À Dolihi, il y avait une colline rocheuse sur laquelle un temple d’une église et une colonne calcaire étaient bâtis.

Le Dolihos était une route résistante, où les athlètes devaient courir de 7 aux 24 stades (un stade était 192,27m).Cette épreuve a entré  à la 15ième Olympiade (720 av.J.Christ).Le nom ‘Dolihos’ provient   d’annonciateurs qu’ils transportaient les nouvelles et les messages.Le nom de Dolihi provient de sa forme qui est longe.

L’histoire

L’histoire de Dolihi commence de l’antiquité, quand la Dolihi avec l’Azoros et le Pithio, au nord de la Thessalie et à l’ouest de l’Olympe, ces trois villages constituaient la « Pereviaki Tripoli. » (Monnaie anciensPereviaki de Tripolis, photographie à droite).

La Dolihi était le plus fondamental et le plus stratégique endroit.

Les grands passages de la Macédoine vers la Thessalie passent par ici :

a)les Boloustana ou les ruelles de Sarantaporo ou Kelit Derven

  1. b) la ruelle de la Saint-Dimitri
  2. c) la ruelle de ‘Petra’ de l’Olympe et
  3. d) la ruelle de Leptokaria-Livithra-Karia

Dolihi (Douhlista)

‘Zeus Dolihinos’ : (ou Dolihaios) Le nom de Zeus à Dolihi. Les inscriptions, qui sont trouvés, témoignent que l’adoration de Zeus avait étendu au monde de Romain et elle avait particulièrement fleuri de 130 après Jésus-Christ jusque le 256 apr.J.Christ.

À Dolihi, il y avait une colline rocheuse sur laquelle un temple d’une église et une colonne calcaire étaient bâtis.

La colonne représentait le Zeus de Dolihi sur un taureau avec un foudre à la main.

Des statues de Zeus sont trouvés  à l’empire Romaine, et à Rome il y avait deux églises dédies au Zeus.

Le Dieu était adoré comme le dieu du ciel.

Le Dolihos était une route résistante, où les athlètes devaient courir de 7 aux 24 stades (un stade était 192,27m).Cette épreuve a entré  à la 15ième Olympiade (720 av.J.Christ).Le nom ‘Dolihos’ provient   d’annonciateurs qu’ils transportaient les nouvelles et les messages.Le nom de Dolihi provient de sa forme qui est longe.

L’église de la sainte métamorphose de Sotiros

D’après les trouvailles de la fouille en 2002, l’église est bâtie sur un bain Romaïque. D’après les murs, l’église initiale était triclitos.

La forme d’aujourd’hui est un résultat de la rénovation qu’elle a devenu en 1512, d’après l’épigraphe sauvé sur laquelle il y a les donateurs.L’eglise est composée d’une basilique et de deux narthex, le premier a un coupole.

Le coupole de l’église rappelle les coupoles du Mont-Athos.À l’extérieur de l’église, il y a des assiettes et à son intérieur, il y a l’iconographie du dieu, qui a une trou à son halo.On dit qu’un turc a mis en colère avec le visage serein du dieu et il a essayé lui tirer à son œil.

L’église s’est rénovée en 2002.L’èglise pavoise le 5 et le 6 d’Août, tandis que dans le temps, elle a pavoisé dans la période de Pâques.

Jusque la décennie de 1940, l’église était employée comme une école et plus tard à l’occupation, comme une prison de femmes.

De la décennie de 1950 et après, l’église était abandonnée .En 1970, le 7ieme EBA a conservé le monument croulant (L’archevêque  Vissarion  Karalaskos).

Les  Us et les coutumes

Le 1er Janvier, c’est le jour de l’An. C’est le premier jour de l’année. On dit à tout le monde : ‘Bonne année’ ! Le matin, après la messe, les résidents de notre village rassemblent à la place centrale de Dolihi où le groupe musical de notre association culturelle, chante et danse.

À la suite, les gens de notre village et le groupe dansant, avec des masques et des sonnettes, vont à tout le village et ils chantent les noëls du jour de l’an, en ramassant de l’argent et de la viande.

Le 6 Janvier, c’est l’Epiphanie .Après la messe tout le monde rassemble à la place du notre village pour la sanctification d’eaux.  Tout le monde se prosterne devant la croix et les icônes.

Le Dimanche du Carnaval, les gens de village allument un feu à la place centrale du notre village.

Le soir, après le dîner, tous les hommes vont à la place centrale et ils se déguisent, dansent, chantent des chansons du carnaval et boivent beaucoup du vin autour le feu qu’il s’appelle ‘Dabres’. L’atmosphère est unique.

Dans le temps, le feu ‘Dabres’ s’allumait à chaque voisinage.

Le Mardi Gras, un jour après le carnaval.On commence le jeûne avant Pâques. On ne mange pas de viande.On voit partout des enfants déguises. À la place du village, la cassoulet domine .Tout le monde mange et danse. On mange du cassoulet des pickles, du pain, du halva, et on  boit beaucoup du vin.

Les résidents s’amusent en mangeant et en dansant et à la suite, les gens lancent des cerfs volants sur le ciel, soit par la colline du prophète Ilia, soit par le stade du village.

Apres ce jour, le jeûne de Pâques commence.

Le 25 mars et le 28 octobre sont les fêtes nationales. Le 25 mars, c’est l’anniversaire de la révolution grecque, de la guerre d’indépendance contre les Turcs. On fête le 25 mars 1821.Le 28 octobre, les Grecs célèbrent le Non aux Italiens de 1940.

Les enfants de l’école primaire sont les protagonistes. Il y a la défilé d’étudiants, la déposition de couronnes et la fête à l’école du village.Les enfants chantent, lisent des poèmes et jouent du théâtre.

À la fin de la manifestation, il y a des gâteaux, des jus, de l’eau de vie et beaucoup d’autres pour les spectateurs.

Deux Dimanches avant ‘le Dimanche des rameaux’ on célébrait la fête  « Tsakna », une coutume du notre village où aujourd’hui, elle ne revit pas. Les hommes et les femmes de Dolihi montaient à la colline du prophète Ilia et ils chantaient et dansaient des chansons traditionnelles autour d’un arbre. Ils mangeaient de l’herbe et du cassoulet.

Le Dimanche de la croix, une dimanche avant le dimanche des Rameaux, des hommes et des femmes, après la messe de l’église, allait à l’école primaire et ils cueillissaient des fleurs. Ils mettaient les fleurs dans un vase et à la suite toutes les femmes dansaient avec le vase.

Le Samedi de Lararos, les femmes habillaient avec des tenues traditionnelles, elles s’appelaient « Les Lazarines », elles dansaient et elles chantaient des chansons pour Lazaros.

Une femme invitait toutes les autres chez-elle et elles cuisinaient et mangeaient.Elles dansaient tout le jour.

Le matin de dimanche, après la fin de l’église, elles dansaient hors d’elle et l’après-midi elles raccompagnaient Lazaros jusque la région « Arbre » de Dolihi.

Aujourd’hui, cette coutume revit chaque Dimanche de Rameaux à la place centrale du village.

Chaque Jeudi saint, les jeunes femmes de village décorent la colonne funéraire et toute la nuit elles restent dans l’église.

Le soir du Vendredi saint, on fait la procession de l’epitaphie autour du village.

Le Samedi saint, tout le monde célèbre la résurrection du Christ.

Pâques est la plus grande fête religieuse orthodoxe. On teint des œufs en rouge.On mange de l’agneau cuit à la broche.

Le Vendredi, après le Pâques, c’est la fête de la source de la vie.

Les résidents du notre village et d’autres villages vont à l’église de la source de la vie qui se trouve trois kilomètres hors de Dolihi. Une grande fête s’organise là.

Le 1er mai, c’est la fête du Travail. On ne travaille pas. On fait des couronnes de fleurs. Tout le monde monte sur la colline du prophète Ilia ou à la position « Perasa ».Le monde s’amuse jusque l’après-midi.

Le 20 juillet, on monte sur la colline du prophète Ilia pour célébrer sa mémoire. Une église se trouve là qui est dédié au prophète Ilia.

Après la messe, on distribue aux croyants du pain, du jus et du loukoum.

Le 26 juillet, on célèbre la mémoire de la sainte Vendredi. Cet église se trouve à « metohi ».Apres la messe, on distribue aux croyants du pain, du café et des gâteaux.

Chaque année, le 5 et 6 Août, on a la grande foire de Dolihi.

La foire est dédiée à la sainte métamorphose de Sotiros, l’église byzantine qui se trouve à Dolihi.

Le 5 Août, l’après-midi tout le monde de notre et d’autres villages vont à l’église byzantine où la messe devient et ensuite on fait la procession de l’icône autour de la place centrale.

Sur la place centrale, il y a une grande fête  avec l’orchestre démotique et folklorique.

Le 6 Août, le matin, la messe devient à l’église de la Saint Dimitri.

À la fin de la messe, l’église offre aux croyants du pain et des raisins.

L’après-midi, le club dansant de notre association culturel du notre village et les clubs étrangers dansent à la place centrale.La foire commence……

Les habitants du notre village, ces deux jours, oublient leurs travails et s’amusent en dansant et en mangeant.

La foire de Dolihi est la plus populaire dans le département de Larissa.

Le  15 Août, c’est la fête de l’assomption. La messe devient à l’église de la dormition de la madone, à la position « madone » à Dolihi.

De même, le municipalité de Livadi avec la coopération de l’association culturel, organisent ‘l’Août culturel’.Il y a beaucoup de manifestations musicales et théâtrales.

Le 26 Octobre, c’est la fête du Saint Dimitri, la fête patronale de Dolihi.La vieille de la fête, il y a des manifestations musicales et dansantes à la place centrale du notre village.

Le 25 Décembre, c’est Noël. On fête la naissance du Christ. La vieille de Noël, sur toutes les maisons de Dolihi, tout le monde égorge les cochons.

Les chansons de Noël dominent….L’atmosphère de la fête prépare les résidents pour la naissance du Christ.Les petits-enfants disent les Noël et ce jour s’appelle « Kolindras ».

Noël est surtout la fête des enfants. Ils reçoivent beaucoup de cadeaux du père Noël.

Sans déterminer avec précis le début du monument, on peut dire qu’il est un monument de plus anciens de notre region.Cet église a conservé l’art byzantin.

Sa rénovation coïncide avec la présence d’un hiérarque important, l’archevêque Vissariona du département de Larissa.

Traduction de la page Web à la langue française: Filio Tsaknakis

Advertisements